Dans l'atelier

La caisse à outil du tapissier d’ameublement

Lorsqu’on me demande quel est mon métier, je vois beaucoup de petits hochements de têtes accompagnés d’un sourire poli et d’une mine interrogative que j’ai appris à traduire par « mais que fait donc un tapissier ? ».
Du canapé au tabouret, en passant par le fauteuil et la chaise, le tapissier rénove et répare tout type d’assise. Bien que la confection de rideaux, décors ou tentures murales fassent partie de ses compétences, le tapissier doit son nom aux tapisseries traditionnelles qui recouvraient il y a bien longtemps la plupart des sièges.
L’oeil et la main du tapissier doivent avant toute chose déterminer l’état du siège, en effet, la réfection d’un siège peut être partiel : changement du tissu, dit « couverture » ou totale : changement du tissu et des garnitures. Pour ce faire, le tapissier dispose d’assez peu d’outils. Tous manuels et facilement transportables dans une caisse à outils, ils sont nos meilleurs compagnons de route !
Bien sûr, avec la modernisation des méthodes de travail, nous réalisons à présent régulièrement des garnitures en mousse qui nécessitent l’usage de colles, scies à découper, agrafeuse à compresseur et autres outils récents. Si ces méthodes modernes présentent l’avantage d’une plus grande rapidité d’exécution et sont donc moins onéreuses, elles ne suscitent pas le même intérêt que le savoir-faire traditionnel des garnitures piquées en crin.
Je m’attacherai donc ici à vous présenter les principaux outils traditionnels du tapissier d’ameublement nécessaires à la réfection d’une garniture en crin.

1. Le ramponneau

Le ramponneau est le meilleur ami du tapissier ! Il est le prolongement de sa main et son outil le plus précieux. Chacun a le sien et personne ne le prête. Il est parfois des outils comme des amants, certains sont trop intimes pour être partagés.
Le ramponneau a deux faces distinctes : la première, fendue et aimantée, sert à saisir les semences (petits clous bleuis à tête plate) et à les planter dans le bois pour fixer sangles, toiles, cordes et tissus ; la seconde, plate et un peu plus large, sert à enfoncer la semence jusqu’à la tête. Le ramponneau roule ainsi dans la main pour jongler entre les deux faces qui frappent successivement les précieuses petites semences.

2. Le tire-sangle

Le tire-sangle, drôle d’outil aux longues dents pointues et très effilées, entretient un rapport conflictuel avec son propriétaire. Seule et unique aide au tirage, il sert à tendre de façon optimale les sangles de jute qui composent le socle de la garniture. Il est précieux, car en tapisserie, toute la tension des toiles est réalisée à la force de nos mains et de nos bras, la seule exception réside dans cet outil, les sangles étant bien trop rigides pour être tirées à la main.
Il est quelque peu traître cependant, avec ses dents acérées qui surprennent toujours la petite main fouineuse qui cherche le bon outil dans la caisse !

3. Le tire-crin

Lors de la mise en crin, c’est à dire lors de la confection de la garniture, le crin est emballé dans une toile de jute, qui doit être travaillée pour être mise en forme avant d’être piquée et cousue pour correspondre à la forme du fauteuil. Pour ce faire, cet outil est indispensable. Il déplace et travaille le crin à travers la toile de jute grâce à son extrémité pointue. Il est alors possible de créer les formes désirées, arrondies et douillettes ou anguleuses et précises, selon style et la forme du fauteuil.
Mais avant de garnir un siège, il est évidemment nécessaire de le dégarnir ! Un bon dégarnissage est crucial, constitue le premier apprentissage d’un tapissier et doit être réalisé par celui-ci pour le bon déroulement des opérations suivantes. Voici les trois outils dédiés à cette importante étape :

4. Le pied de biche

Le pied de biche est l’équivalent miniature de son homonyme de garage. Manche en bois, tête fendue tel une langue de serpent, il sert à déloger les semences bien enfoncée dans le bois du fauteuil. Indispensable, il est toujours posé sur l’établis et fait partie des compagnons quotidiens du tapissier.

5. Le ciseau à dégarnir

Le ciseau à dégarnir se présente comme un ciseau à bois : long et fin, effilé à plat à son extrémité. A la différence du ciseau à bois, qui est affûté et coupant, le ciseau à dégarnir sert comme son nom l’indique, à dégarnir ! Il ne doit donc pas être coupant mais bien émoussé, afin de déloger les semences sans les « décapiter ». Il est important que rien de l’ancienne garniture ne reste logé dans le bois afin de ne pas blesser la main qui viendra travailler la garniture lors de la réfection et de préserver la carcasse du fauteuil.

6. Le maillet

Le maillet, fabuleux outil qui nous permet de taper avec plus de force sur nos outils lors des nécessaires étapes du dégarnissage, finit souvent vite par s’abîmer ! On ne frappe jamais aucune semence, aucune pointe ou vis directement avec le maillet. C’est l’outil intermédiaire : pied de biche ou ciseau à dégarnir, à qui lorsque la force du bras n’est pas suffisante pour déloger l’objet récalcitrant du bois, revient l’honneur de recevoir le coup de maillet sur la tête.

Ses outils, le tapissier les chérit et les entretient comme la condition sine qua non de son activité. Ils sont précieux et chers à son cœur comme à sa main.
Travailler avec des outils simples et qui n’ont peu ou pas changé depuis plusieurs siècles fait partie d’un des plaisirs du métier. La relation de la main à l’outil, lorsque celui-ci n’est ni branché, ni connecté, est une relation d’amitié, de confort et de confiance. L’outil manuel est authentique, il ne faillit pas, ne dépend de rien d’autre que de son utilisateur et constitue un objet de réconfort par sa fiabilité.
Avec le temps, on apprend à apprivoiser la main à l’outil et à assurer son geste. Après plusieurs années d’exercice, je ne me sens jamais aussi complète que mon ramponneau à la main et quelques semences à la bouche ; comme quoi parfois, il en faut peu pour être heureux !

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Votre email ne sera pas publié.